fbpx
was successfully added to your cart.

Quand Sept-Îles devient orange…

Par 23 mai 2018 Côte-Nord

T’as jamais entendu parler du tournoi orange de Sept-Îles OH MY GOD?


En une phrase : Sept-Îles devient volleyball.

Plus sérieusement, cela fait 40 ans (cette année) que le tournoi a lieu à Sept-Îles et ce n’est pas prêt de s’arrêter. C’est près de 300 bénévoles, environ 400 équipes, plus de 700 parties de volley, des joueurs des quatre coins du Québec, mais surtout, c’est une occasion d’avoir ben du fun. En plus, il y a des super bons shows chaque soir (lire ici aller prendre une (plusieurs) bière en dansant pi en mangeant son sac de crevettes).

Pourquoi tournoi orange? Parce qu’ils remettent des quartiers d’oranges entre chaque manche. Ça hydrate, c’est bon… Quoi demander de mieux?

Pour ma part, je fais le tournoi pratiquement à chaque année depuis que j’ai 14-15 ans. Au secondaire avec l’équipe scolaire dans laquelle je jouais (Les coyotes #àlavieàlamort), après, j’ai joué avec mes amies pour le fun et depuis deux ans, je m’y suis remis plus sérieusement.
Cette année, je jouais avec mon équipe du secondaire #Lesvieillescoyotesrechargées. Sérieux, je capotais! On avait même nos vieux gilets du secondaire. Oui, on est quétaines de même et on s’assume, mais c’est ça la beauté du tournoi orange!

Voici cinq raisons pour essayer ce tournoi au moins une fois dans ta vie :

1. C’EST JUSTE DU FUN. Tu ris, tu revois tes amis de longue date, tu te promènes d’un terrain à l’autre, le dimanche tu vas voir les finales, tu manges, tu bois, etc. Tu ne peux pas être triste au tournoi orange, même si tu perds.

2. T’as pas besoin d’être de calibre olympique. Il y a plusieurs catégories pour t’inscrire selon tes capacités. Tu vas trouver ton compte, c’est certain (va voir sur leur site internet).

3. C’est tellement de beaux souvenirs. Je me souviens encore de mon premier tournoi et des moments drôles qui restent dans ma mémoire… On avait donné le chiffre 69 à la fille la plus timide de la gang, les parents les plus cool avaient permis à leurs filles de rester dormir à Sept-Îles (lire ici que j’ai couché chez mes parents et non à l’hôtel) et j’en passe. Tu vas te créer les tiens, je ne suis pas inquiète.

4. Les «partys du tournoi orange». La phrase que tu te fais dire le plus souvent c’est : peux-tu me vendre ton billet du party STP? Parce que les billets pour le show du samedi sont des denrées rares. Écoute, le monde les met à vendre du Facebook et ça part comme des p’tits pains chauds. Il y a aussi des gens qui jouent au tournoi juste pour avoir le billet du party. Mais bon, on ne peut pas leur reprocher… C’est LE party de l’année en ville.

5. Si tu viens de l’extérieur de Sept-Îles, cela peut te permettre de découvrir la ville. Aller manger dans nos meilleurs restos (à mes yeux bien sûr) #PubSt-Marc, #BlancBistro, #ChezSophie, #Edgar et #ChezOmer, prend ton char et rend toi aux plages, va prendre une crème molle, mange du crabe, va marcher sur la rue Arnaud, va marcher aux Écureuils (si la neige a fondu), va encourager l’économie locale, etc.

Bref, l’an prochain… première fin de semaine de mai, on t’attend!

 



Par Alexandra

           reviseure

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Alexandra Audette

À propos de Alexandra Audette

Je suis native de la belle Côte-Nord, plus précisément à Port-Cartier, une petite ville de 5000 habitants. Endroit où tout le monde se connaît et c’est ce que j’aime. Hyperactive non diagnostiquée, j’ai besoin de bouger. Je joue au volley ball depuis longtemps, au softball et au baseball. Je suis une chasseuse, mais aussi une fille de bois qui aime relaxer devant la belle vue que m’offre le chalet de mes parents. Finalement, je suis travailleuse sociale depuis 2016 et je travaille auprès des familles en difficultés. Passant par Sept-Îles, Havre-Saint-Pierre, Fermont et Schefferville, j’ai pu découvrir plusieurs villages tout aussi attachants les uns que les autres. J’espère vous transmettre mon amour pour ma région par mes textes.

Laissez un commentaire!