Les yogis de l’Abitibi

Il y a quelques années, j’ai découvert le yoga. Puis, l’an passé, lors de mes études à Montréal, j’ai pratiqué le yoga chaud pour passer à travers le stress tout en me gardant en forme. Ainsi, je voulais continuer ma pratique lorsque je suis revenue en région. C’est pourquoi ces derniers mois, j’ai parcouru l’Abitibi, durant les soirs et les fins de semaine, pour essayer sept studios de yoga (un gros merci à chaque prof qui m’a accueilli dans leur univers yogi!!). Je voulais pouvoir informer les amateurs et les personnes intéressées par le yoga. Voici donc une petite description de chaque studio, bonne lecture et bon yoga !

Lire la suite

Kuei Kuei

Je ne peux pas parler de ma région adoptive sans prendre le temps de vous parler d’une des belles richesses de celle-ci.

Est-ce qu’en allant à l’épicerie tu entends souvent des gens parler un langage incompréhensible qui pour toi, ressemble pratiquement à du chinois ? Est-ce que tu croises souvent des gens avec une culture, des mœurs et des valeurs très différentes aux tiennes? Puis est-ce que ta région, tu la partages avec 8000 autochtones répartis sur 9 communautés distinctes? Peut-être. Et si oui, j’espère que t’es conscient(e) de la chance que tu as. Parce que c’est tellement enrichissant d’ouvrir ses horizons sur une culture différente à la sienne et de partager du temps avec des gens qui ont une histoire, une langue et des valeurs qui complètement différentes de celles qu’on connait.

8 000 autochtones. Neuf communautés au total. Huit communautés innues. Une seule communauté naskapie[1] (la seule du monde entier!!!). Pour ma part, j’ai eu la chance de travailler pendant un an dans la communauté innue de Matimekush et la communauté naskapie, Kawawachikamach. Pendant cette année d’immersion complète, j’ai eu l’opportunité d’apprendre quelques mots, de danser la makusham, la danse traditionnelle innue (bon ok, on m’a montré comment, mais j’peux pas dire que je suis une pro encore), je suis allée à la chasse à l’outarde et à la pêche sur la glace.

Désormais, je travaille davantage en Minganie (une MRC du Québec située dans la Côte Nord et qui comprend l’île d’Anticosti), auprès des communautés innues de Nutashkuan et d’Ekuanitshit. Je n’ai plus la même opportunité,  celle de vivre littéralement dans une communauté, mais je fréquente encore des gens inspirants qui me parlent de leur culture et de leurs valeurs. Et ces personnes qui croisent mon chemin sont souvent très inspirantes.

Voyageant avec un lourd passé, ils tentent de garder la tête haute et de continuer leur chemin. Leurs valeurs familiales sont les plus fortes et les plus ancrées que j’ai pu voir de toute ma vie. Ils se soutiennent et sont là les uns pour les autres. Le partage est aussi une très belle valeur qu’ils m’ont apprise. Ne t’inquiètes pas maman, je savais ce qu’était le partage avant, mais maintenant je comprends ce que c’est réellement et concrètement. Grâce à eux, je sais que le partage n’a aucune limite. Serais-tu game toi de prêter ton skidoo à n’importe qui ou de laisser ta maison débarrée à tout moment pour laisser les gens y entrer et y sortir comme bon leur semble ? Et bien eux, oui. Ce qui t’appartient  appartient aussi à ton voisin. C’est beau, très beau même, de l’entraide et le partage à l’état pur.

Les Innus et les Naskapis, parce que c’est surtout ces deux communautés que j’ai eu la chance de côtoyer, m’ont surtout prouvé qu’ils étaient en mesure d’être les personnes les plus débrouillardes que j’ai eu la chance de croiser. Quand tu penses que tu vas mourir de froid au milieu de nulle part, si tu es avec l’un d’eux, je ne suis pas inquiète pour ta survie. Ils vont te trouver un truc en deux minutes pour que la sensation revienne dans tes membres congelés. Cette habileté, ils la transpose dans la vie de tous les jours. Autant à la chasse, à la pêche, qu’à la maison. Par exemple, je peux vous dire qu’ils utilisent TOUT de ce qu’ils chassent. C’est assez impressionnant; les parties qu’ils ne mangent pas servent à autre chose. Je vous met au défi de faire la même chose avec vos cuisses de poulet ou votre rôti de bœuf.

Je vous parlais tout à l’heure de culture et j’aimerais vous partager une partie de leur art : la musique. Le vidéo que je vous partage ici est un moment commun de Schefferville, mais de toute la Côte-Nord en fait, un point commun entre les allochtones et les autochtones : sur le bord du feu, guitare en main à fredonner des chansons. Mais cette fois, les chansons sont dans cette langue dont je vous parlais au début de mon texte; celle qui me rappelait le chinois les premières fois que je l’entendais. Maintenant, celle langue m’est familière. J’aspire un jour à accroître mon vocabulaire qui prend de l’expansion de semaine en semaine grâce à eux.

Je vous laisse avec Kieston McKenzie.

[1] http://www.mcc.gouv.qc.ca/index.php?id=2005


 



Par Ève Danielle

 

 

La course de Minuit

Allo gang !!!

Y a-t-il des adeptes de défi parmi vous ? Si oui, je suis convaincu que vous allez apprécier ce qu’on vous propose !

Avez-vous déjà entendu parlé de cette midnight race?

Elle porte son nom dû au fait que les premières vagues de la course commence à 21h le samedi 26 août et se poursuivent toute la nuit.

Ce concept de course à obstacle est unique en Amérique du nord et est offert à monsieur-madame tout le monde. (12 ans et plus seulement)

Tu n’as pas besoin d’avoir un bagage de 10 ans d’expérience en course à obstacle derrière toi, t’inquiètes, les coureurs de tous niveaux sont les bienvenus.

Tu auras à courir 5 KM et affronter 17 obstacles tout au long du parcours. Cet évènement sportif aura lieu au Mont-Cascades en Outaouais où les sentiers sont parfois plats, parfois à-pics. Juste assez pour te donner une bonne dose d’adrénaline !

En t’inscrivant, bien entendu qu’on te remettra un dossard et un dispositif de chronométrage, mais tu auras aussi droit à un chandail et une médaille officielle de l’évènement. Comme tout bon évènement sportif qui se respecte, il y aura également des photos prises de toi en action sur le parcours !

Bref, la recette pour y arriver est bien simple. Il faut juste une paire de souliers de course, une grosse cuillérée de motivation et une tasse de bonne humeur !

Le lien pour s’inscrire est juste ici : Inscription.

De plus, avec le code FILLESDUNORD (c’est bien en majuscule) tu obtiens 10% de rabais sur les frais d’inscription de 55 $. À noter que les prix augmenteront prochainement, alors faites vite si vous souhaitez bénéficier du tarif le plus bas de la saison!

Ah ! Après t’être inscrit, n’oublies pas d’aller indiquer ta participation à l’évènement pour ne rien manquer des derniers détails : ici

Enfin, voici l’adresse exacte pour te rendre à bon port :

448 Chemin du Mont-des- Cascades, Cantley (Québec) J8V 3B2!

À la prochaine !!!

 

Les triathlons de l’Abitibi-Témiscamingue

Enfin, la saison estivale est à nos portes!

Autrement dit, ça signifie qu’on est à l’aube de montrer notre shape de plage au grand public.

Tu sais, ces fameuses journées où on se fait dorloter la couenne sur la plage sous un soleil exaltant du mois de juillet en sirotant notre slush à la framboise bleue achetée au dépanneur du coin?

Bref, qui dit été, ne dit pas juste se prélasser sur sa chaise de patio… Cela dit aussi prendre du temps pour faire le plein d’énergie et se remettre en forme.

Lire la suite

Vivre son célibat en région

Selon moi, il existe 2 types de célibataire sur Terre.

La première, la célibataire en crise d’angoisse fondamentale qui, depuis un an, collectionne les chats pour réconforter son pauvre moral de fille seule. Elle accumule les échecs, mais continue pourtant à dater. Chaque fois qu’elle pense avoir rencontrer un gars avec du potentiel, ça finit mal. Pourquoi? Problèmes d’engagement.

Lire la suite

3 épiques aventures à mettre sur ta to do list cet été

Le Québec regorge de magnifiques endroits à découvrir. Chaque semaine, on attend le vendredi avec impatience pour pouvoir partir à l’aventure. Dans cet article, on vous présente 3 aventures plein air à expérimenter au Québec qui sauront certainement satisfaire votre soif d’aventure, le temps d’un week-end.

1) Sutton

Pour un séjour plein air dans les Cantons-de-l’Est, un de nos coups de cœur est la montagne de Sutton. Le départ des sentiers se trouve au poste d’accueil du Parc Environnement naturel de Sutton (900 chemin Réal, altitude 520). À partir de là, de nombreuses options s’offrent à vous. Pour la courte randonnée, je vous suggère de passer par le lac Spruce et de monter jusqu’au sommet Round Top. La vue est exceptionnelle et vous offre un bon défi en même temps. Pour une plus longue rando, dirigez-vous vers le Lac Mohawk. La boucle du Dos d’Orignal et le circuit des sommets sont d’autres alternatives très satisfaisantes.

Lire la suite

Voyager pour s’échapper pas plus loin que la rue Cartier

Voyager. Un verbe qui fait rêver. Un tourbillon imagé qui anime nos pensées et qui mélange les souvenirs de rencontres spontanées, de paysages insoupçonnés, de péripéties enrichissantes.

Voyager. Un sujet qui fait jaser. Des étincelles qui allument les yeux des aventuriers à l’aube de leur départ, un état d’âme qui habite l’esprit des revenants, des photos de cultures colorées ou d’architectures insensées qui réveillent ou endorment notre peuple connecté.

Lire la suite